Photo Effect

Aliza Razell, jeune artiste accomplie

- Alisa Razell -

Voici Aliza Razell (ummatiddle), étudiante pleine de vie et de créativité. Elle c’est fait connaitre avec ca série « Will-o-the-wisp », un mixte de photo et de peinture à l’eau qui a fait le buzz dans le monde de la photo sur Internet.

ēMBē : Tu te presentes ?
Aliza : Mon nom est Aliza Razell et j’ai 20 ans, je suis de Boston (USA), en ce moment je vie a Edimbourg ou j’étudie « Classics and English Language » et je suis une photographe autodidacte.

ēMBē : Tu as quoi dans ton sac photo?
Aliza : Une boussole, on sait jamais !

ēMBē : C’est quoi le matériel dont tu rêves et que tu n’a pas encore?
Aliza : Une imagination sans fin.

ēMBē : Tu as plusieurs comptes du type Facebook/Flickr… pour toi c’est important ou c’est juste des outils de promotion?
Aliza : Bien que je ne sois pas une grande fan des réseaux sociaux dans ma vie personnelle, c’est assez important dans la photo. C’est incroyable de voir toutes les personnes qui à travers le monde (que je ne connais pas) partagent mon travail, le commentent ça me touche vraiment. Sans le support des réseaux sociaux, je ne crois pas que mes photos n’auraient jamais pris un tel envol.

ēMBē : C’est quoi qui t’attire le plus dans une photographie ?
Aliza : Pour moi, une photo est TOP que si elle me touche à un niveau que je ne peux pas toujours expliquer et si c’est une photo que je peux regarder encore et encore et de voir à chaque fois quelque chose de nouveau. Je pense que les meilleures photos racontent des histoires, ces histoires qui ne peuvent pas être racontées avec des mots.

ēMBē : As tu une place où tu aimes faire des photos?
Aliza :  L’eau est sans aucun doute mon sujet préféré. Rivières, Lacs, Océans, flaques d ‘eau, il a quelque chose de magique et c’est une magie qui se transpose très bien en photographie. Je suis, cependant une malade chronique du «syndrome de belle place». Parfois, quand je suis dans un endroit magnifique et incroyablement photogénique, je suis tellement absorbée par la beauté autour de moi que j’oublie complètement faire une photo d’aucune sorte. C’est une malédiction, vraiment.

ēMBē : Peux-tu prendre une de tes récentes photos et expliquer ta recette… de l’idée à la publication sur ton site ?
Aliza : Bien que j’aime vraiment faire du multimédia, je pense que je peux me laisser emporter parfois avec des concepts ou des images trop compliqués. La simplicité de cette photo me rafraîchit. De plus, je ne peux pas la regarder sans me souvenir prise de vue – une exploration dans les bois avec rien, uniquement un reflex et mes pieds dans la boue.

ēMBē : Tu as des noms d’artistes que tu aimes bien et leur photos ?
Aliza :
Voici les 5 premiers qui me viennent à l’esprit :

ēMBē : Quels sont tes projets actuels et futurs ?
Aliza :  Je travaille en ce moment sur une pochette d’album d’un groupe allemand de music « La petite Rouge » et sur des affiches pour « Edinburgh Fringe”. A la fin de la semaine je faire une nouvelle photo-story sur laquelle je travaille depuis un bout de temps. Et dans quelques semaine je faire mon premier shooting de mariage, je suis impatiente c’est tout nouveau pour moi.

ēMBē : Dans ton projet  “Will-o-the-wisp”, c’est quoi le message ?
Aliza :  Je pense que mon 365 projet est aussi un peu un journal intime. Si j’ai quelque chose d’intéressant à dire sur une photo ou le processus, je vais le dire. Mais en général, tous les mots sont un ajout facultatif, ils ne sont pas nécessaires à la compréhension des photos. En fait, je suis une croyante ferme de laisser l’interprétation au spectateur. Certainement que les commentaires préférés que je peux recevoir sont ceux qui montrent que mes photos ont touchés comme je ne l’avais pas prévu. Je considère une photo (ou série) comme un succès si les spectateurs peuvent arriver à une conclusion qui correspond à mon intention, mais leurs propres interprétations est également à écouter.

ēMBē : D‘ou vient cette idée de mélanger la peinture à l’eau et la photo ?
Aliza : Quand j’ai commencé à faire mes propres photos, je me suis donnée un projet de faire une photo par jour pendant tout le mois de Juillet. Chaque photo devait être retouché sans effet numérique, je ne me suis même pas autorisé à couper la photo à la main, j’ai imprimé les photos et retouché à la main, en trempant dans du vin, les perforants avec une punaise. L’idée de les peindre est venue de ces différentes expériences. Voici les premiers résultats..

ēMBē : Tu as fait un 365 projet, tu nous donnes des conseils ?
Aliza :  La chose la plus importante que j’ai appris de mon 365 Projet, personne ne peut t’apprendre la photo. Peu importe tous conseils que l’on peut avoir, la seule chose qui compte c’est TOI. Regardes ton travail celui des autres, il faut vraiment regarder avec sa propres opinions. Il ne faut pas avoir peur de s’inspirer fortement de ceux que l’on admire, bien sure sans perdre son âme.

ēMBē : C’est quoi la chose la plus extravagante que tu est faite en photo ?
Aliza :  J’ai un goût prononcé pour me plonger dans la boue ou l’eau sale / froide. Parfois la photographie n’est pas mon but , c’est mon excuse .

ēMBē : C’est quoi le talent que tu voudrais avoir en photo ?
Aliza :
J’aimerai penser en dehors de ma zone de confort. Reconnaître plein d’autres types de beautés et utilisé différentes façon de les exprimés

ēMBē : Tu nous montres les deux photos recents que tu aimes le plus ?

ēMBē : C’est quoi ton plus grand regret en photo ?
Aliza : Oooh bonne question. J’essaie de ne pas avoir de regrets, j’y ai pensé beaucoup ces derniers temps dans mon travail dans un but d’amélioration. Plutôt que de chercher constamment le monde réel pour ces idéaux que j’ai dans ma tête, je voudrais faire ce qui est réellement en face de moi.

ēMBē : C’est quoi ton leitmotiv ?
Aliza : Tout essayer une fois …

Aliza : Voici quelques photos avec les étapes de construction …

ēMBē : Tu vois comment ton travail évolué d’ici 5 ans ?
Aliza :  J’aimerai continuer avec le Storytelling (combinant écrit et photographie). C’est une technique que je rêvais de faire depuis des siècles. Outre, travailler avec des musiciens est quelque chose que j’aimerais faire plus, les pochettes d’albums sont une source de création et je aimerais m’impliquer dans la vidéo et les vidéoclips. Mais c’est aussi une question délicate; si tu m’aurais demandé il y a 5 ans ce que je ferais aujourd’hui, la photographie n’aurait probablement même pas entrée en compte, sans parler du style de photographie que j’ai fini par développer. J’aime faire les choses par expériences; toujours essayer quelque chose de nouveau, les chemins sinueux que je fais par erreur ou par accident tombent sur quelque chose de fantastique à la fin.

ēMBē : Quelle est la question tu aurais aimé que je te pose et quelle est la réponse?
Aliza :
 Puis-je acheter un de tes objectifs d’occasions et cassés pour 2 milliards de dollars et un approvisionnement à vie des mangues ? Réponse : Oui, si tu le demandes gentiment 🙂

Merci Aliza pour ton temps et d’avoir partager ton univers. Ce mélange entre la photo et la peinture est une forme artistique très intéressante Internet t’a peut être aider à te faire connaitre mais ton talent y compte pour beaucoup. C’est vrai que l’on retrouve souvent l’eau comme principal élément de tes photos, tu arrives à en faire une multitude de représentations dans tes photos qui nous font naviguer dans ton univers presque sans fin.

Facebook  : ummatiddle
Flickr         aliza razell

Article retranscrit à partir de l’interview de Aliza Razell par ēMBē
Cet article est diffusé avec l’accord de Aliza Razell,
toutes photos qui illustrent cet article ont un copyright de Aliza Razell.

Il est interdit de publier, reproduire, ou rediffuser de quelques manière que ce soit tout ou partie du contenu de cet article, qu’il soit sous forme de rédactionnel, de graphique ou d’image, sans l’autorisation expresse son auteur ēMBē.
   

A propos de l'auteur Voir tous les articles Auteur du site

ēMBē

ēMBē

Michael alias ēMBē est le créateur du site Photo-effect.com. Ca passion la photographie, son but partager ça passion et ces découvertes au plus grand nombre.