Photo Effect

Eulalie Varenne la poétesse…

Son prénom Eulalie qui vient du grec ancien et qui peut se traduire par : « qui parle agréablement« , et bien Eulalie son media c’est la photographie, elle utilise pour nous parler agréablement de son univers poétique et féérique et ça marche. Vous allez découvrir une jeune femme dynamique qui déjà univers bien à elle.

ēMBē : Bonjour Eulalie, tu te présentes ?
Eulalie : 
J’ai 24 ans et j’habite à Saint Etienne. J’ai étudié les arts plastiques à l’université en France jusqu’à mon Master I,  et je suis partie un an au Chili pour mon Master II. Là-bas  j’ai étudié la publicité et la direction de photographie principalement. A mon retour, il y a deux ans, j’ai arrêté les études pour faire seulement de la photographie. J’ai commencé petit à petit en travaillant pour d’autres photographes, avec des agences qui cherchaient des photographes et j’ai également fait des ateliers photos dans des écoles.

ēMBē : Quand as-tu su pour la première fois, que tu voulais devenir photographe ?
Eulalie :  Je ne me suis jamais vraiment dit « je veux être photographe », en fait je n’ai jamais su ce que je voulais faire. Lorsque j’ai commencé, je faisais des photos pour moi,  et même si j’adorais ça je n’avais jamais envisagé que cela devienne mon métier. Disons qu’à la base c’était un passe-temps. J’ai commencé à 16 ans avec des amies, on passait des après-midi 546080_107098792760178_764059443_nà vadrouiller avec nos appareils photos. A l’université, certains faisait de la peinture, d’autres de la vidéo ou du dessin, moi je répondais aux sujets souvent par la photographie. C’était pour moi le moyen de m’exprimer qui me satisfaisait le plus, contrairement au dessin où j’avais du mal à retranscrire sur le papier ce que j’avais en tête. Très vite je me suis aperçu que  je pouvais inventer ce que je voulais grâce à la photographie, qu’elle ne se limitait pas à attendre « l’instant décisif » et que j’avais plus de facilité à utiliser un appareil plutot qu’un crayon. Puis petit à petit j’ai reçu des commandes en  parallèles de mes études,  et chaque année un peu plus.

ēMBē : Que fais-tu quand tu ne fais pas de la photo?
Eulalie :  La plupart du temps, quand je ne fais pas de la photo je suis derrière mon ordinateur et je retouche des photos ! Je travaille également dans une école et je fais des ateliers photos avec des enfants, ils fabriquent leurs sténopés et nous développons leurs clichés. J’illustre aussi des livres jeunesses, mais la photo ayant pris de plus en plus d’ampleur j’ai du mal à trouver du temps pour ces projets-là. Je viens juste de finir un projet avec Gaëtan Serra comme auteur, la maquette est en cours de réalisation, affaire à suivre…

ēMBē : En 1 mot c’est quoi ton style de photographie ​pour toi ​? Eulalie : Photographie créative…

ēMBē : Si tu devais faire un autre métier que la photo ?
Eulalie :  Si je devais faire un autre métier hors métier artistique, je pense que je travaillerai avec des enfants.

ēMBē : Les media sociaux et les sites de partage de photos pour toi c’est important ou c’est juste des outils de promotion?
Eulalie :  
J’ai créer une page Facebook car certains de mes clients me cherchaient sur ce site, cela leur permet de suivre mon actualité et je pense que c’est important pour eux d’avoir un aperçu de mon travail. J’y publie mes commandes clients, comme des extraits de shooting, quelques photos de mariage ou des séances naissance par exemple. Mais aussi quelques travaux perso. Par contre je n’ai ni Flickr, ni Twitter. Je préfère les plateforme plutôt dédiées à la photographie (ou l’art en général) comme 500Px ou Deviantart. Je ne me sers pas vraiment de ces sites comme outils de promotion, j’y partage uniquement mes travaux personnels. J’aime publié mes photos car je pense que les photographies sont faites pour être vues et non pas oubliées au fond d’un disque dures. Et c’est aussi intéressant aussi d’avoir des retours sur son travail.

ēMBē :  Qu’est-ce qui t’inspirent dans ton travail artistique ? La musique, les films, certains lieux, certains objets, beaucoup de choses, certaines idées viennent sur le moment.

ēMBē : Qui fut le premier artiste ou tu as trouvé de l’inspiration ?
Eulalie :  Duane Michals pour son travail de mise en scène et de narration. Comme beaucoup, je connaissais Doisneau ou Cartier-Bresson, mais Duane Michals est un des premiers photographe que j’ai découvert, qui ne faisait pas de la photo humaniste, mais qui écrivait des histoires grâce à son appareil.

ēMBē : C’est quoi qui t’attire le plus dans une photographie ?
Eulalie :  L’originalité, la couleur, la composition. Parfois je ne sais pas trop, juste des coup de coeur.

ēMBē : Comment fais-tu pour te motiver et rester au top avec tes photos?
Eulalie :  Ahah ça ne se passe pas vraiment comme ça, parfois j’ai des idées que je n’arrive pas à réaliser, ou bien le résultat ne me plait pas du tout. Beaucoup de photos partent à la poubelle, mais c’est pas grave, c’est le jeu.  Et ça passe, je fais des essais et en voyant que cela ne fonctionne pas, parfois cela donne de nouvelles idées.

ēMBē : La chose la plus extravagante que tu es faite en photo ?
Eulalie : Oula, repêcher une TV dans un canal ? promener mon poisson rouge dans la neige? remplir une cabine téléphonique de ballon.

Crédit photo : Eulalie Varenne

ēMBē : Tu as quoi dans ton sac photo? Eulalie : un Nikon D750, un objectif 24-70 f2.8 et un 50mm 1.4

ēMBē : C ‘est quoi le matériel dont tu rêves et que tu n’a pas encore?
Eulalie : Malgré que mon appareil soit très récent, je rêve d’un appareil moins lourd, et moins encombrant. Peut-être aussi un 35mm ou un 85mm à grande ouverture, à tester 🙂

ēMBē : Peux-tu prendre une photo récente et expliquer ta recette… de l’idée à la publication sur ton site ? Eulalie : 

  • Souvent cela commence par un dessin rapide pour ne pas oublier l’idée
  • Puis la réalisation de la ou des photographies (photo A)
  • Ensuite le montage lorsque ces nécessaire (photo B)
  • Et par finir la retouche (photo C)

ēMBē : Quand tu vas en shooting, c’est avec une équipe minimaliste ou la grosse équipe ?
Eulalie : 
La plupart du temps je suis seule, s’il faut, je pose le trépied et c’est moi qui fait l’assistante en prennant la photos à distance grâce à une télécommande, ou le retardateur tout simplement.

ēMBē : Ce que tu détestes par-dessus tout quand tu fais un shooting?
Eulalie : Lorsque je fais plein de photos, que je pense en avoir une super bien, et qu’en la regardant je me rend compte que mes réglages étaient pas bons, ou que ma mise au point à foiré. Brrr que c’est frustrant !

ēMBē :  C ‘est quoi ton plus grand challenge quand tu fais une photo ?
Eulalie : 
Minimiser le plus possible la retouche sur numérique, et donc trouver des astuces au moment de la photo.

ēMBē :  As tu une place où tu aimes faire des photos ?
Eulalie : Principalement la campagne, les champs, les bois, la nature en général car c’est intemporel. Le plus souvent possible en extérieur car je travaille en lumière naturelle.

ēMBē : Dans tes photos récentes, peux-tu nous dire quelles sont tes 2 dernières photos préférées et expliques nous pourquoi ?
Eulalie :

  • Photo 1  – Parce que cette photo n’était pas du tout prévu. On a passé un petit moment à faire plusieurs photos pour un montage et on a décidé à la fin de faire cette photo pour essayer. Au final c’est la version que j’ai gardé; simple et sans trucage. J’aime lorsque les imprévus font bien les choses.
  • Photo 2 – Je dirai celle-ci en deuxième. Pour cette photo j’avais besoin de ballons gonflables transparents, et impossible d’en trouver vers chez moi. Priscilla (la modèle) en avait trouvé à Lyon et lorsque je suis allée la récupérer à la gare elle s’est rendu compte qu’elle les avait oublié. Là je me suis dit que ça allait être très très dur de faire sans. Au final je suis plutot contente du résultat ! L’autre petite difficulté était le froid. Mais ma modèle et mon petit poisson ont été super courageux 😀

 

ēMBē : Quels sont tes projets actuels et futurs ?
Eulalie : 2 expos qui arrivent d’ici fin mai/debut juin. La première à Saint Genest Lerpt (42) du 30 mai au 7 juin. Je serai ensuite le 6 juin à Dax (40) pour l’inauguration d’un festival photo qui se déroulera jusqu’au 26 juillet. Ma saison des mariages à également débuté donc je suis bien occupé jusqu’à fin septembre. J’ai ensuite quelques projets de voyage qui me permettront de continuer mes projets perso.

ēMBē : Dans la série « ici & ailleurs » sur ton site web, on a un vaste sentiment de légèreté et de flottement, peux tu nous donner plus détail sur ce que tu a voulu dire dans cette série ?
Eulalie : Je ne sais pas si « ici & ailleurs » est une série, disons plutôt qu’il s’agit d’une catégorie. Ces photographies peuvent fonctionner indépendamment les unes des autres. Les premières photos datent de mes début en 2007 et depuis, cette catégorie grandit et évolue en même temps que moi. Je ne sais jamais quelle photo viendra ensuite, car chaque image à été pensé seule et non pas pour faire parti d’un ensemble. Cependant ces photographies se regroupent autour d’un thème commun. Il est vrai que dans chacun des clichés on retrouve cette touche de  « légèreté », de douceur… Parfois je me dis que je pourrai la séparer en deux catégories; « ici » qui regrouperait les photographies sans montages et « ailleurs » pour les autres. Mais je trouve que mélanger les deux peut également fonctionner. Car même si c’est évident pour certaines, d’autres portent un peu à confusion, « s’agit-il d’un montage ou non ? ». J’aime créer ce petit doute qui rend une image magique.

ēMBē : On retrouve souvent des ​b​al​l​on​s​ ​​​​dans tes photos ? Il a une signification particulière pour toi ?
Eulalie :  C’est vrai, ils accentuent l’effet de légèreté dont tu parlais plus haut. J’aime jouer avec les couleurs dans mes photos et je trouve que les couleurs vives des ballons peuvent tout de suite dynamiser l’image et accrocher l’oeil.

ēMBē : Dans la série « Hide and Seek », je suis un peu perdu :-). C’est à la fois comique et dramatique, quelle fut ton intention ?
Eulalie : Dans cette série je me suis amusé à cacher des gens dans des endroits insolites, des endroits dans lesquels logiquement une personne ne rentrerait pas. Cette série s’est construite un peu toute seule au fur et à mesure d’où les incohérences. Pourquoi parfois la main se tend comme pour vouloir sortir ? pourquoi parfois le bras parait mort ? En fait la première photo à été réalisée sans idée de série, puis plus tard j’ai réalisé la main qui sort du pot en tenant une fleur et bien plus tard j’ai photographié une main qui dépasse d’un sac poubelle. Finalement j’ai décidé de regrouper ces trois photos sous une seule et même série. Et j’ai décidé de continuer à cacher des gens un peu partout. Dans les photos réalisées ensuite, le bras est tendu, il parait vivant. Il est vrai que sur les photos où le bras parait « mort », il y a un coté assez morbide. Peut-être qu’un jour je referai ces photos, en attendant elles restent là, il faut les voir au milieu des autres, dans leur ensemble, et je pense que le titre permet aussi de dédramatiser. Hide and Seek (cache-cache en français).

ēMBē : Tu fais aussi de la photo sur commande « Mariage, Grossesse, ect… », on voit que tu y ajoutes une touche artistique, pour toi c’est important ?
Eulalie : Bien sûr, c’est même très important. C’est ce qui fait que mes clients me choisissent moi plutôt que quelqu’un d’autres. Je suis très touchée lorsque certaines personnes viennent de très loin pour que je les photographie, cela prouve qu’ils aiment mon travail. C’est aussi important pour moi, car cela me permet de me faire plaisir dans mon métier.

ēMBē : Tu as un artiste que tu veux nous faire découvrir et pourquoi ?
Eulalie : 
MahmoudElkourd à découvrir, pourquoi ? parce que c’est très chouette tout simplement.

Merci à toi Eulalie pour ton temps et ton partage, comme on peut le voir dans cet article Eulalie est une bosseuse entre les prochaines expositions, la saison des Mariages et ces projets perso elle a de quoi s’occuper pour les prochains mois. En tout cas garde ta fraicheur et ta créativité, tu as un belle avenir qui t’attends dans le monde de la photo.

Je vous conseille fortement de la suivre … au mieux de faire appel à ces services 🙂

Website     eulalievarenne.com
Facebook  : varenne.eulalie
500Px        eulalievarenne
Instagram   : eulalievarenne

Article retranscrit à partir de l’interview d’Eulalie Varenne par ēMBē
Cet article est diffusé avec l’accord d’Eulalie Varenne,
toutes photos qui illustrent cet article ont un copyright d’Eulalie Varenne.

Il est interdit de publier, reproduire, ou rediffuser de quelques manière que ce soit tout ou partie du contenu de cet article, qu’il soit sous forme de rédactionnel, de graphique ou d’image, sans l’autorisation expresse son auteur ēMBē.
   

A propos de l'auteur Voir tous les articles Auteur du site

ēMBē

ēMBē

Michael alias ēMBē est le créateur du site Photo-effect.com. Ca passion la photographie, son but partager ça passion et ces découvertes au plus grand nombre.